Les Articles pour Être Heureux dans la Vie

CONNAISSANCE ET ÉPANOUISSEMENT PERSONNEL

Dans un monde en plein changement et qui peut nous apparaître comme dangereux et incertain, je voudrais vous proposer un axiome qui peut sembler utopiste et qui pourtant se vérifie :

La connaissance permet de résoudre toute situation sans violence ni conflit.

Or, et même si cela peut vous paraître paradoxal, ‘savoir’ et ‘connaissance’ sont radicalement différents et nous mènent vers des voies diamétralement opposées…

Alors, qu’est-ce que la connaissance ? Quels sont les implications d’un manque de connaissance et comment faire pour l’acquérir ?

________________

Connaissance ou savoir ?

La connaissance n’est pas le savoir.

Le savoir, c’est juste de l’information. L’éducation que nous recevons via notre entourage ou à l’école nous incite à accumuler le savoir, aussi nommé ‘culture générale’.

Ce mot me fait poser une première question :

Serions-nous en train de planter des graines dans notre cerveau pour que celui-ci soit conforme à ce que notre société attend généralement de nous ?

Question intéressante à laquelle je vous laisse répondre intérieurement...

Quoi qu’il en soit, cette poussée vers le savoir conduit bon nombre d’entre nous à aller chercher la connaissance par différents moyens – livre, vidéos, conférences, formations, et c’est là que le premier piège se profile.

Ce piège consiste à accumuler de l’information dans le cerveau. Or, comme le dit Vadim Zeland dans ses livres Transurfing, le cerveau n’est pas un entrepôt ou un stock de savoir ! D’ailleurs, avez-vous le sentiment qu’un intellectuel qui pense ‘savoir’ est parfaitement heureux ?

L’accumulation de savoir est diamétralement opposée à toute dynamique adaptative puisque nous restons fixés/focalisés sur des sujets « de grande importance » qui nous détournent de l’essentiel, c’est-à-dire nous-mêmes !

En Neuroscience, se remplir d’information ne fait qu’alimenter la partie automatique de notre cerveau, c’est-à-dire que face à n’importe quelle situation, nous aurons une réponse toute faite à apporter…

Le problème est que chaque situation est différente et que nous n’avons aucune certitude sur les conséquences de cette réponse toute faite va provoquer.

________________

Serions-nous alors victimes de notre éducation ?

Voici une conséquence de cette éducation : en étant privés de la connaissance, nous sommes facilement ‘harponnés’ par les infos que nous recevons.

Beaucoup d’entre nous pensent que le monde est pourri, corrompu, que le système les oppresse et surtout, qu’il leur est impossible de faire ce qu’ils veulent, pour des raisons telles que :

  • je n’ai pas d’argent,
  • je ne peux rien faire,
  • je ne suis pas assez intelligent,
  • je ne sais pas comment faire pour en sortir,
  • je ne peux compter ou faire confiance à personne
  • etc.

Notre éducation fait de nous de bons soldats soumis, obéissants, dotés d’un magnifique sens du sacrifice pour la famille, l’entreprise, le pays…

Ce faisant, nous nous contraignons toute une vie à devoir travailler pour une organisation ou pour nos clients sous peine de ne plus avoir de revenus, peu importe le montant de ces revenus…

Avez-vous déjà remarqué que ceux qui font de grandes études sont toujours à la merci de leur patron - qui peut d’ailleurs les virer du jour au lendemain ?

Avez-vous alors remarqué que ceux qui sont réellement riches n’ont pas fait de grandes études ?

En nous fermant les portes de la connaissance, l’éducation nous prive des clés pour être libre, autonome et solidaire, et je rajouterais même ‘riche’.

________________

Manque de connaissance et violence sociale

La société qui découle de cette éducation de ‘bons soldats’ génère de plus en plus de frustrations, et ces frustrations génèrent rivalités et conflits.

Il faut alors mettre de plus en plus de règles, de plus en plus compliquées et très souvent absurdes, règles que les bons soldats que nous sommes vont alors respecter à la lettre...

Ceux qui ne les respectent pas sont des casseurs dans les manifestations, ou des terroristes en cas d’attentat… terme qu’utilisait la Gestapo pour conspuer les résistants français, soit dit en passant.

Ces personnes qui se révoltent et sombrent dans la violence ont simplement le sentiment qu’elles ne peuvent rien faire d’autres, que c’est la seule façon de se faire entendre ou de réagir, elles se considèrent comme victime et se rebellent…

Si ces personnes avaient accès à la connaissance, elles trouveraient un autre moyen pour changer le système, sans heurt, sans avoir besoin de recourir à des procédés condamnables.

Si cette dernière phrase vous choque ou vous semble utopiste, c’est que vous n’avez pas idée de ce qu’est la connaissance.

J’ai hésité avant d’écrire cette dernière phrase, mais elle reflète pourtant ma conviction la plus profonde, alimentée par ma propre expérience et ce que j’observe chez ceux que j’accompagne :

La connaissance permet de résoudre les situations sans violence ni conflit !

________________

Connaissance et peur

L’absence de connaissance permet aux peurs d’avoir une emprise sur l’Homme. Sans connaissance, les conflits et la violence dans le monde nous semblent ingérables puisque nous nous en sentons victimes à nouveau.

La peur est un puissant levier de manipulation et les élites le savent. Ils l’utilisent pour maintenir les masses dans la posture de bon soldat obéissant ; l

Dès lors, tout incident, scandale ou acte malveillant est mis en avant pour nous faire peur !

Le méchant est assimilé au diable et la pléthore d’informations fournies par les médias nous incite à voir le monde comme dangereux et rempli de personnes manipulatrices et sans scrupules qui ne cherchent qu’à profiter de nous !

Avec la connaissance, nous pouvons prendre du recul et comprendre qu’il s’agit là de propagande.

Les lobbies médiatico/financiers ou nos gouvernements jouent le même jeux manipulatoire que DAESH ou l’Allemagne Nazi, sous de faux semblants de bonne conscience….

Cette propagande nous pousse à l’individualisme, à la méfiance, à la concurrence et à une forme d’égocentrisme ou de résignation qui en découle.

Vous pouvez avoir le sentiment que le monde est rempli d’escrocs, que toute proposition est malhonnête, que plus personne n’est animé par la bienveillance et qu’il faut se méfier et se protéger de tout parce que tout le monde est corrompu…

Difficile d’être créatif et de partir dans l’inconnue dans ces conditions n’est-ce pas ?

________________

Mais alors ?

En fait, intégrer la connaissance, c’est développer notre capacité à nous adapter à tout.

Pour cela, ce n’est pas notre cerveau automatique qu’il faut alimenter via le savoir, mais notre cerveau adaptatif, intuitif, créatif.

Accéder à la connaissance,
c’est intégrer par l’expérience
de nouvelles capacités à nous adapter à tout.

Parvenir à la connaissance, c’est être capable d’affirmer « je ne sais pas » tout en percevant sereinement la portée universelle de cette affirmation en ce qui concerne notre capacité d’adaptation, mais aussi notre relation au monde.

« Je ne sais pas », c’est exactement le contraire de ce vers quoi notre société nous pousse : savoir, savoir, et se gorger à chaque fois d’autant plus d’information la plupart du temps inutile…

________________

C’est quoi « parvenir à la connaissance » ?

Parvenir à la connaissance, c’est développer sa lucidité et son esprit critique, c’est être capable d’identifier toutes les tentatives de manipulation que notre entourage et le système qui prédomine nous envoient.

À partir du moment où vous savez comment vous fonctionnez, vous pouvez aussi comprendre ce qui déclenche le comportement des autres et discerner en quoi ce comportement est une conséquence du conditionnement que toute personne reçoit.

Vous pouvez alors apporter la meilleure réponse possible pour que toute situation se régule d’elle-même.

À partir du moment où vous connaissez le fonctionnement du monde et le pourquoi de la vie, la liberté qui vous habite vous permet de prendre de nouvelles initiatives, d’en accepter le risque et de progresser, tout en restant lucide et vigilant bien entendu.

La connaissance permet l’épanouissement, le sentiment profond de liberté, le bonheur durable et la sensation d’être à la fois distributeur et récepteur de bienfaits et d’amour.

La connaissance, c’est aussi savoir qu’elle n’est jamais totalement atteinte. Le « je ne sais pas » est le meilleur moyen de continuer à apprendre.

________________

Et si c’était juste une question de choix ?

Le choix juste n’est possible qu’avec la connaissance… Connaissance de tous les tenants aboutissants de l’environnement et connaissance de son propre but et de ses propres filtres…

Et pour en arriver là, il n’y a pas de techniques miracles à aller chercher compulsivement à travers les vecteurs de savoir - livres, articles, conférences, formations ou vidéos…

Pour accéder à la connaissance, il y a juste un tout premier choix à faire :

s’engager vers la connaissance !

Et pour bien s’engager, il y a plusieurs décisions à prendre :

  • la décision de devenir responsable de sa vie - cesser de se considérer comme victime…
  • La décision de regarder l’échec comme une fabuleuse source d’apprentissage, un indicateur de là où nous pouvons évoluer.
  • la décision de développer notre sens critique - arrêter de prendre toute information comme argent comptant.
  • La décision de voir le monde différemment – comme un vaste champs d’expérience rempli d’opportunités et de solidarité.
  • La décision d’expérimenter de nouveaux moyens de vivre, en accord avec nos envies profondes, et l’ère de l’information nous apporte multitude de possibilités de nous épanouir, ce dont je vous reparlerai d’ici peu…
  • La décision de se mettre en mouvement dès à présent, sans attendre, confiant que l’univers est bienveillant et que les solutions émergent quand l’intention est juste.

________________

Enclencher le mouvement

Alors, comment enclencher le mouvement que cet engagement va soutenir ? En écoutant notre intuition, sans la confondre avec les tentatives du mental.

Et comment discerner les voies du mental de celle de l’intuition ? En examinant nos sensations :

  • Si vous êtes détendu et épanoui à l’idée de vous engager vers de la nouveauté, vous pouvez y aller.
  • Si vous êtes à la fois tendu et curieux à l’idée de mieux vous connaître, il y a juste un pas pour sortir de votre zone de confort et expérimenter la nouveauté.
  • Si vous êtes découragé à l’idée de devoir faire et encore faire, rassurez-vous, le chemin est plus facile que vous ne le pensez… Valorisez-vous regardez vos succès et allez chercher du soutien ! Vous avez en vous toutes les qualités pour vous épanouir !
  • Si vous êtes en colère, examinez quels sont les valeurs ou les besoins qui vous font ainsi réagir – ils proviennent à coup sûr du conditionnement que vous avez reçu.
  • Si vous êtes triste de constater ce que vous avez fait de votre vie, donnez-vous de l’amour et pardonnez-vous ! C’est le chemin par lequel vous deviez passer pour avoir ici et maintenant une vision claire de ce que vous voulez.

Le choix vous appartient, et tant que vous ne prenez pas la décision de vous engager vers cette connaissance, la vie vous envoie des signes, voire des épreuves dans le but de vous ouvrir les yeux vers une vérité libératrice :

Nous sommes ici sur Terre pour nous épanouir
à travers tout ce que nous vivons.

 

Je vous souhaite le meilleur 😉
Olivier Masselot
Ensemble pour un monde meilleur

 

**********************

Retrouvez-moi sur mon blog : www.oliviermasselot.com

Youtube ► http://goo.gl/fqYlpe

Facebook ► https://www.facebook.com/olivier.masselot.auteur/

Twitter ► https://twitter.com/OlivierMasselot

Linkedin ► https://fr.linkedin.com/in/oliviermasselot

Instagram ► https://www.instagram.com/olivier.masselot/

Qu'est-ce que que vous inspire cet article?
Votre commentaire est bienvenu !

Une réponse à “Connaissance et Épanouissement personnel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *