Les Articles pour Être Heureux dans la Vie

QUELLE EST LA QUESTION QU'IL NE FAUT JAMAIS POSER?

Savez-vous qu’il y a une question à ne pas poser ?

Quand j’étais apprenti coach, on me parlait de questions qui bousculent, de vraies questions qui amènent la personne à prendre conscience de choses importantes et qui vont générer la prise de conscience.

En même temps, on me mettait en garde : ces questions peuvent déranger, amener la personne à constater qu’elle a fait fausse route et qu’elle doit impérativement faire ce qu’elle n’a jamais voulu faire : changer radicalement ou introspecter profondément sur ce qui la bloque jusqu’à présent…

Mais alors, comment reconnaître ces questions ?

Scène 1

Quand j’étais musicien à Paris, je possédais mon propre studio d’enregistrement, à l’époque un 24 pistes analogique avec une bande magnétique large de 3 centimètres… De nombreux artistes venaient y enregistrer et je me souviens plus particulièrement d’une ‘séance de pub’ avec un compositeur renommé et un réalisateur de films publicitaires tout autant établi.

Alors que nous faisions une pause cigarette dans le jardin, le réalisateur pose cette question au compositeur : « Tu es heureux toi ? » et le compositeur de répondre « Non, et toi ? » « Non, moi non plus », et de se tourner vers moi et de me poser la même question « et toi Olivier, tu es heureux dans ta vie ? »

Interloqué par les deux réponses précédentes, je me sens presque gêné de leur répondre « oui, je suis heureux dans ma vie. » J’étais incapable de comprendre comment deux personnes ayant réussi dans un domaine où les candidatures pullulent pouvaient se dire ‘malheureuses dans leur vie’…

Scène 2

Récemment, Nathalie ma chérie revoit ce qu’elle pensait être un ami de longue date. Après quelques échanges, et devant la mine sombre de son vis à vis, elle lui pose cette même question : « Es-tu heureux dans ta vie ? » « Oui ! » lui répond-il, étonné. « Vraiment heureux ? » lui redemande Nathalie, pas vraiment convaincue par la réponse.

« Eh bien, qu’est-ce qui te prend ? Tu es intrusive ! Tu rentres dans mon cerveau maintenant ? On dirait une psy ! C’est depuis que tu es avec ton coach ? » Et ce dernier de partir dans une diatribe, une diarrhée verbale colérique et agressive, avant de couper net toute relation avec ma chère et tendre…

Certes, me direz-vous, la relation n’était sans doute pas authentique ; il y avait probablement un désir caché, ou une raison plus ou moins manipulatoire qui la soutenait… Toujours est-il que ce dernier ne l’a plus rappelée et l’a bloquée sur les réseaux sociaux…

Et tout ceci pour une toute petite question qui parait tellement innocente : « Es-tu heureux dans ta vie ? »

Scène 3

Vous pouvez peut-être penser qu’effectivement, il n’y a pas de quoi en faire tout un plat, ni briser une relation ou se mettre dans des états incroyables, et pourtant…

D’ailleurs, permettez-moi de retourner la situation en vous posant cette question maintenant : « Êtes-vous heureux ou heureuse dans votre vie ? »

Répondez sincèrement. Ne partez pas dans une réponse automatique dictée par le mental ; introspectez un tout petit peu, mettez-vous à l’écoute de votre ressenti, laissez émerger la réponse et soyez honnête avec vous-même :

Êtes-vous heureux/heureuse dans votre vie ?

Analyse

Une petite portion d’entre vous va répondre ‘oui’. Et pour apporter cette réponse, ces personnes seront allées à la découverte d’elle-mêmes, en profondeur, et auront su ramener les éléments essentiels à un bonheur terrestre, quelles que soient les circonstances… Et tant mieux si c’est votre cas, parce que vivre cet état, c’est comme vivre dans un flux de paradis ici sur Terre.

Si cette question vous apporte une sorte de fermeture, de crispation au niveau de votre ressenti, ou si elle vous gêne, vous rend triste ou vous met en colère - « Non, mais, pour qui se prend-il celui-là à vouloir rentrer dans le cerveau des gens !!! » - alors vous êtes clairement face à un signe.

Le signe qu’il est temps d’aller réellement affronter le dragon qui, dans votre inconscient — votre caverne — dévore votre énergie et vous empêche d’atteindre progressivement, petit à petit, mais d’une façon certaine, ce bonheur que tout être humain sur cette planète mérite de vivre.

Proposition

Je le vois lors de mes ateliers : Celles et ceux des participants – et heureusement c’est la majorité – qui, à travers les exercices, font l’introspection de leur désir profond et verbalisent leurs freins, ceux qui ressentent cette belle énergie de l’intention et utilisent toute la puissance de la présence à soi et au monde pour avancer vers l’affirmation de qui ils sont, ceux-là sont véritablement sur le chemin du bonheur.

Leur regard brille et même à travers les larmes qui peuvent couler, ils ressentent une libération de tout ce qui les a empêchés d’être eux-mêmes ; ils voient s’ouvrir le chemin à emprunter pour aller vers la personne qu’ils ont toujours voulu être !

Il y a avant et après, un saut quantique si vous me pardonnez cette expression, dans la mesure ou le passage d’un état de résignation ou de non-connaissance à un état de détermination tranquille se fait en un instant…

C’est cette posture affirmée qui pousse sur le chemin vers soi que je souhaite à chacun d’entre vous!

Et il n’y a ni savoir, ni croyances, ni certitudes sur ce chemin.

Ou si, une seule : celle d’avoir tout à découvrir en faisant l’expérience de la vie avec un cœur grand ouvert.

Merci de m’avoir lu

Olivier Masselot

Ensemble pour un monde meilleur

**********************

Retrouvez-moi sur mon blog : www.oliviermasselot.com

Youtube ► http://goo.gl/fqYlpe

Facebook ► https://www.facebook.com/olivier.masselot.auteur/

Twitter ► https://twitter.com/OlivierMasselot

Linkedin ► https://fr.linkedin.com/in/oliviermasselot

Instagram ► https://www.instagram.com/olivier.masselot/

Qu'est-ce que que vous inspire cet article?
Votre commentaire est bienvenu !

20 réponses à “La question à ne jamais poser…”

  1. Une question que je me suis déjà posée plusieurs fois … non, je ne suis pas heureuse dans ma vie. Et cela m’attriste (faible mot) par moment. Des moments de vraie solitude, car en parler aux proches ne m’avance pas… Dernièrement, je me suis rendue compte que j’occupais mes soirées un maximum pour vivre….. Paradoxalement, je suis une passionnée, quand j’ai une idée en tête, je fais un maximum pour atteindre ce dont j’ai envie (un max car il y a toujours un côté financier qui bloque pour pouvoir concrétiser certaines choses). J’aime apprendre une nouvelle langue, une nouvelle danse, et tout nouveau, je m’intéresse à la neuro-sciences, ou la physique cantique 🙂 , un article m’emmène vers un autre, donc, imaginez … mes soirées sont bien occupées entre les lectures et vidéo sur YTube. Mais est-ce pour cela que je suis heureuse ? voilà la question que je me pose. Car tout ce que je fais, je le fais avec cœur, alors, autre question : qu’ai-je besoin pour être heureuse pleinement ?
    Pour finir mon intervention, j’ai envie d’être heureuse. Je suis une battante et persévérente, et donc, je mets en place des solutions et en grande partie, grâce à vous. Je vous suis depuis presque 2 ans (parallèlement d’autres personnes), web-conferences, blog, articles, je note dans un cahier tout ce qui me touche, et me permet d’avancer pour aller vers le bonheur. Que de choses à dire …. Vos articles inspirent effectivement 🙂
    Pour conclure, je profite de cette occasion d’écrire pour vous dire MERCI pour toutes ces informations gratuites que vous mettez à notre disposition. J’espère un jour vous rencontrer réellement, et suivre un atelier avec vous. Fabi Enne (Bxl).

    • Merci Fabi 😉 le bonheur ne se trouve pas dans le faire, mais dans l’être… Comprendre et intégrer qui est le ‘je’ qui vous anime et en quoi la vie est un ‘jeu’…
      Et si vous veniez à l’atelier que j’anime à Bruxelles les 5.6 novembre? C’est le dernier avant longtemps, et il vous apporterait des pistes, de belles pistes… Au plaisir de vous rencontrer? Merci pour votre confiance !

  2. « Oui » je suis heureuse! même si les circonstances de ma vie ne sont pas en alignement avec mes préférences… Le bonheur, pour moi, c’est d’être maintenant capable d’ accepter toute mon humanité, de ne plus me faire violence en me jugeant et, d’être enfin douce avec moi-même. Ma joie est de contribuer à aider les autres à retrouver la paix en eux. Merci, Olivier pour ces partages, Anne

  3. Merci Oliver pour cette question. Un grand OUI m’est venu !!! Même si tout n’est pas « comme je le voudrai » il m’arrive de temps en temps de sourire pour « rien » et de me dire que je suis heureuse. Que de changements de perception sont intervenus petit à petit pour qu’enfin je puisse Savourer la Vie de plus en plus souvent. Comme dit Sarah, être responsable de ce que l’on vit illumine le chemin.

  4. Bonsoir Olivier , juste un petit tour dans ma tête , la réponse est arrivée bien vite : oui je suis heureuse ! plus heureuse que dans les 67 années vécues au paravent . Et c’est grâce à vous Olivier ! J’avais reçue en mail vos vidéos pour les premières formations que vous avez lancé , j’étais très intéressée , , et très débutante , , pour me rassurer j’en ai parlé un peu à une amie , et là ….. on m’a carrément dit que je ne devais pas jouer avec ça , que c’était le danger !!! Stupidement , j’ai suivi leur conseil et je l’ai amèrement regretté !
    Mais la leçon avait fait son travail et je me suis rattrapé ! Je vous suis depuis avec beaucoup d’intérêt , et je ne désespère pas de pouvoir un jour participer à un atelier ou autre .
    Merci beaucoup Olivier , votre parcours est magnifique ,et vous faites vraiment avancer pour que notre monde soit meilleur .
    Namasté.

    • Merci beaucoup Evilys ! ET lui, le nombre de personnes qui vont conseiller selon leur propre conditonement, avec toutes les peurs provoquées par des systèmes qui nous manipulent… Ne leur en voulez pas ! vous êtes sur votre chemin et c’est le principal 😉 Merci !!!!!

  5. Après un stage avec toi c’est une question que le mental ne se pose plus la réponse est en direct dans le présent du présent comment dire le goût des fraises il faut les goûter.alai

  6. Bonjour Olivier,
    J’ai répondu OUI sans hésitation! Et pourtant il y a à peu près un an je commentais sur une de vos interventions « …je ne sais pas à quoi ça sert de vivre… ». Entretemps il y a eu la maladie, puis le décès de ma maman que j’avais été assister, elle aurait aimé vivre encore et encore simplement pour être là pour nous (ma soeur et moi), à 95 ans son bonheur était de nous aider.Je suis restée plusieurs mois près de ma soeur pour l’aider à passer le cap de la séparation puis pour l’épauler dans son activité et là j’ai compris que la vie ça sert à ça, le bonheur c’est ça : être là pour ceux qui en ont besoin et profiter de toute la beauté qui est mise gratuitement à notre disposition. Merci à toi Olivier pour tout ce que tu apporte.

    • Merci Méyane 😉 je ne sais plus qui me disait que la vie a le sens qu’on lui donne… L’essentiel et pour chacun, de lui donner un sens 😉

  7. J’ai d’abord ressenti un vrai malaise en me posant cette question, avant de comprendre qu’effectivement, je devais arrêter de me mentir… Merci pour cette prise de conscience qui me responsabilise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *