Les Articles pour Être Heureux dans la Vie

LES TROIS PHASES D'UNE VIE

J’ai fait un rêve tout aussi étrange que précis ; j’étais face à un public, peut-être même à la télé, et on me demandait de décrire les trois phases d’une vie. Un peu étonné de la question, je restais un moment silencieux avant de m’inspirer de la bible pour trouver la réponse…

Et la fin de ma réflexion m’apportait une telle clarté sur le ‘pourquoi’ de la vie que je n’ai pas pu m’empêcher de rédiger ces lignes tout de suite après le petit déjeuner.

Drôle de questions !

Dans ce rêve, je ne me rappelle plus tout à fait les circonstances au cours desquelles on m’a posé cette question : quelles sont les trois phases de la vie ?

phases-de-la-vieTout d’abord, pourquoi trois ? Et comment les définir ?

Je n’ai pas de souvenir précis où l’on m’ait parlé de trois phases… il y a donc quelque chose à investiguer pour pouvoir apporter une réponse satisfaisante…

Je me souviens parfaitement m’être dit : la réponse doit être dans la bible… et la première image qui est apparue était le jardin d’Eden, avec Ève qui croque le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal… et si c’était là la fin d’une première phase ?

Première phase : le jardin d’Eden

Si c’est bien cela, la première phase de la vie serait celle où Adam et Ève ont pu profiter librement de tous les plaisirs d’un paradis. Manger, s’amuser, se caresser, s’aimer, s’apprécier, vivre en harmonie avec tout ce qui participait à leur environnement – animaux, plantes, terre, soleil, brise légère et tout ce que vous pouvez imaginer qui se joindrait à un bien-être merveilleux !

Et si cette première phase était celle où bébé arrive, celle de l’innocence où tout est exactement comme dans le monde enchanté des Bisounours ? Bébé découvre avec curiosité et émerveillement un univers inconnu où des êtres à la fois familiers et étonnants – ses parents – le caressent, le nourrissent, le soignent… De ses yeux innocents, tout est merveille et chaque instant est l’occasion d’une nouvelle expérience…

Même si bébé sait encore tout à fait d’où il vient, même si l’âme nouvellement incarnée a encore le souvenir de ses origines, bébé va devoir apprendre à se débrouiller dans ce nouveau monde et va petit à petit perdre le contact avec sa source, son origine… La seconde phase peut commencer…

Seconde phase : l’expulsion du jardin d’Eden – le chaos

Satan pousse Ève à désobéir et à croquer le fruit défendu. Mais Satan, le malin, le diable, celui qui sépare (dia-bole), ne serait-il pas l’image biblique de notre mental qui nous pousse à désobéir au divin qui est en nous ?

expulsion-de-adam-et-eveToujours est-il que Ève croque le fruit de l’arbre de la connaissance avant d’inciter Adam à faire de même, et son geste provoque l’expulsion du couple originel de ce paradis désormais perdu.

Dans la bible, on raconte que Dieu punit Adam et Ève, mais je n’en crois pas une miette ! Je ne crois pas à un dieu vengeur, courroucé ou justicier… Ces histoires ensorcelantes n’avaient pour but que de soumettre les foules à la terreur d’un dieu imaginé par l’homme… et à fortifier les dogmes religieux.

Adam et Ève ont provoqué la seconde phase de leur vie, parce que tant qu’ils restaient dans le jardin d’Eden à butiner ses mille et un plaisirs, ils n’apprendraient rien sur leur propre origine.

Ce geste qui provoque le chaos les projette dans le champ d’expérience basé sur les polarités. Le plaisir de la chair s’associe à la douleur de l’enfantement, l’égalité homme/femme devient dominance/soumission, l’abondance devient travail, sueur et labeur tandis que l’accès du paradis est gardé par de féroces chérubins, qui n’ont rien à voir soit dit en passant avec les petits archers joufflus de la Saint Valentin...

Mais revenons à bébé.

Il va lui aussi expérimenter les polarités. La douceur des caresses ou la douleur d’un fessier irrité ? Le plaisir du biberon ou la faim qui le tenaille? Les sourires des parents ou leurs reproches menaçants ?

Bébé est entré dans le chaos du champ expérientiel à travers lequel il va tout d’abord se perdre… Conditionné par les systèmes qui l’entourent, il va se conformer à ce que l’on attend de lui, construire une vie telle qu’on la veut pour lui, avant de se rendre compte qu’il a fait fausse route et de chercher à comprendre pourquoi…

En fait, bébé devenu grand a une mission : retrouver qui il est, retrouver le contact avec sa partie divine, retrouver son pouvoir de jongler avec les événements et de s’amuser avec la vie, retrouver le paradis ici et maintenant.

Il va falloir qu’il cesse d’être sérieux et qu’il libère son âme d’enfant, qu’il cesse d’accorder tant d’importance à tout et à rien, qu’il cesse d’avaler tout ce que les systèmes lui rabâchent pour enfin retrouver la clé qui lui permettra de recréer le jardin d’Eden autour de lui… Sacrée tâche n’est-ce pas ?

Troisième phase : Retrouver le paradis

C’est ce dont la bible ne nous parle pas suite à l’épisode du jardin d’Eden… Au contraire, elle s’étale sur des histoires où morts, souffrances, tortures et punitions s’enchaînent durant des chapitres entiers…

Alors, peut-être faut-il passer au Nouveau Testament pour avoir la clé du jardin d’Eden, avec cette phrase qu’un charpentier illuminé va répéter toute sa vie : « Dieu est amour ».

Mais alors… et si l’amour était la clé du jardin d’Eden ?

love-edenImaginons cela dans le chaos de la seconde phase : difficile n’est-ce pas ? Comment faire preuve d’amour alors que nous sommes entourés d’exploiteurs, profiteurs, arnaqueurs, assassins, terroristes, extrémistes et que sais-je encore ?

Ou alors oui, l’amour pour ceux que l’on aime… les enfants – quand ils sont sages et obéissants ! La famille – et encore, pas tous ! Les amis – enfin, les vrais, pas les manipulateurs ! En fait, l’amour, c’est bien beau, mais c’est encore bébé dans le monde des Bisounours… Ferions-nous fausse route ?

Eh bien non. N’en déplaise aux sceptiques, aux incrédules ou à tous ceux qui pensent que la vie doit être chaos, souffrance, méfiance et obéissance… il y a une méthode pour faire de l’amour un sésame vers le bonheur.

Les 7 façons de passer à la troisième phase – l’accès au Paradis

Donc, si l’amour est la clé du jardin d’Eden, comment l’utiliser ? Voici 7 points qui vous en dirons un peu plus…

1/ Être attentifs à nos jugements.

Avez-vous une idée du nombre de jugements que vous proférez au cours d’une journée ? « Celle-ci est mal habillée, celui-là est vulgaire, elle a une voix de crécelle, cette nouvelle est terrifiante, il ne m’aime pas, elle n’est pas honnête… etc. »

Ce sont pléthore d’affirmations et d’évaluations qui figent notre vision de la réalité, et pour faire un lien avec un outil de l’analyse transactionnelle, ce sont la plupart du temps des signes de reconnaissance négatifs et inconditionnels qui s’attaquent à l’identité de la personne ou de l’objet jugés : il/elle EST ainsi.

Ces jugements ne sont rien d’autre que des condamnations sommaires. Ils sont le résultat de l’interprétation de ce que nous observons, interprétation filtrée par le conditionnement que nous avons reçu ; en aucun cas une marque d’amour, en aucun cas un laissez-passer que les chérubins accepteront…

Que faire en pratique ? Je vous suggère de faire un bilan en fin de journée sur le nombre de fois où vous avez manqué d’amour — où vous aurez jugé — puis de passer au point suivant.

2/ Ne pas mettre de condition.

Le véritable amour ne met pas de condition. J’ai un ami qui est ‘en froid’ avec sa sœur. Ils ne s’appellent plus, ou du moins, la sœur ne répond pas à ses messages. Ayant entendu mon idée sur l’amour, il lui envoie un nouveau message et me dit quelques heures après : « Tu te rends compte, elle ne m’a même pas répondu ! », avec un soupçon de colère naissante dans sa voix.

L’attente d’un retour est le signe que vous n’êtes pas dans l’amour inconditionnel. Cet ami pourrait très bien envoyer des messages en y mettant de l’amour, quelle que soit la réaction – ou la non-réaction - de sa sœur. L’intention manifestée par l’ouverture de son cœur au moment de l’écrire serait un signal bien plus fort envoyé à l’univers et les conséquences – les synchronicités – pourraient arriver ; sous quelle forme ? Impossible à prévoir…

Et si malgré cet envoi d’amour inconditionnel, rien ne bouge, il serait alors temps de passer au point suivant.

3/ Développer la compassion

compassionSi je reprends l’exemple précédent, on peut se poser la question de ce que vit sa sœur dans ce moment précis où son frère la sollicite. Peut-être traverse-t-elle un moment difficile, avec des remises en question, des sensations d’échec qui provoquent chez elle de la honte et de la souffrance ? Bien des personnes coupent tout contact lorsqu’elles dépriment n’est-ce pas ?

Le meilleur moyen de développer la compassion est de prendre conscience que toute personne est victime du conditionnement qu’elle a reçu.

Peut-être faites-vous partie de ceux qui pensent que l’être humain est fondamentalement mauvais ? Auquel cas cette croyance limitante ne peut que faire de votre vie un enfer parce vous serez focalisé sur les preuves que vous avez raison sans jamais voir les évidences du contraire…

Si vous pensez qu’un bébé qui arrive est l’expression de l’amour et que l’être humain est fondamentalement bon, alors vous pouvez comprendre que cette personne qui ne répond pas à vos sollicitations a probablement reçu des blessures qui la plongent dans les peurs et les doutes et l’empêchent… de mettre de l’amour dans sa vie !

Un être qui se ferme, qui retient, qui agresse, qui manipule ou qui maudit est un être qui souffre. À vous de faire en sorte que sa souffrance ne vous porte pas préjudice, ni psychiquement, ni matériellement. Cette précaution établie, vous pourrez augmenter votre capacité à lui donner de l’amour, d’autant plus si vous appliquez ce que je vous propose dans le point suivant.

4/ Se pardonner et pardonner.

Loin d’être juste une niaiserie issue de la religion, le pardon est une véritable libération pour soi-même. En pardonnant à l’autre, vous coupez un lien qui ne provoque que rancœur et tristesse. En vous pardonnant, vous libérez votre capacité à vous donner de l’amour.

Lorsque j’anime un atelier sur le pardon, je propose aux participants qui le souhaitent de se pardonner eux-mêmes, et les effets sont incroyables !

Combien d’actes manqués ou avortés, de décisions inadaptées et sclérosantes pouvons-nous nous reprocher ? Une multitude ! Ce n’est ni plus ni moins qu’un jugement que nous posons sur nous-mêmes, et ce jugement perdure en toile de fond comme un regret éternel…

Se pardonner, c’est couper court au jugement, c’est se prendre dans les bras et se dire « je t’aime » ! D’ailleurs, avez-vous déjà décidé de vous regarder dans un miroir yeux dans les yeux et de vous dire « (votre prénom), je t’aime ! » ? Faites-le !

Car là aussi, pour certains participants à ces ateliers, c’était tout simplement impossible !!! Larmes ou sourires gênés témoignaient de cette incapacité à se donner de l’amour et à se pardonner. Comment voulez-vous que les chérubins vous ouvrent les portes de l’Eden tant que vous vous jugez et que vous ne vous aimez pas vous-même ?

Nous avons tous vécu des évènements qui nous ont traumatisés. Ces traumatismes font partie du conditionnement que nous avons reçu et participent à nous faire vivre ce dont nous ne voulons pas dans notre vie. Pour surpasser tout cela, allez faire un tour au point suivant.

5/ Accepter la réalité telle qu’elle est

vieRappelez-vous : la réalité dans laquelle nous vivons correspond à la seconde phase de notre vie : l’expérience dans un chaos issu des polarités bien/mal qui sont apparues lorsque nous avons croqué le fruit de l’arbre de la connaissance ‘du bien et du mal’.

Le ‘Hic’, c’est que cette seconde phase peut durer toute une vie si nous ne trouvons pas les clés de la troisième, et la résistance que nous opposons à vivre ce chaos devient un terrible frein que nous enclenchons sur la route de ce sésame !

En résistant à ce qui est, nous créons une émotion qui nous renferme, et vous aurez bien compris que si la loi d’attraction fonctionne (et elle fonctionne !), nous attirons alors l’opposé de ce que nous désirons.

Accepter ce qui est, TOUT ce qui est, c’est un fabuleux moyen de percevoir en nous tout ce qui nous empêche d’être libres : nos ombres, nos blessures, nos croyances limitantes, nos fixations et nos importances…

Il y a deux pratiques qui facilitent l’acceptation de ce qui nous entoure ou nous arrive : se rappeler que nous vivons une expérience et en tirer les bons enseignements.

Et si vous êtes capable de vivre cette expérience avec les yeux de l’enfant qui découvre son monde, alors le sordide fait place au merveilleux et vous comprenez que dans ce monde où tout est possible, il ne tient qu’à vous d’en faire un paradis.

Je sais à quel point cette notion est difficile à accepter pour la plupart d’entre nous, et pourtant…

Quelle est la caractéristique commune à tous les gens qui sont passés dans la troisième phase et qui sont parfaitement heureux ? Ils ont accepté le monde tel qu’il est et ce faisant, ils ont lâché prise.

6/ Le lâcher prise

En voyant la vie et les autres être humains comme des sources inépuisables d’enrichissement personnel et mutuel, les gens heureux ont naturellement développé une confiance extraordinaire et une capacité à traverser les obstacles sans souffrance et sans effort.

Car voici le véritable paradoxe : en cherchant à éviter les obstacles, nous ne faisons qu’augmenter nos souffrances !

Alors, à nous de désapprendre toutes les aberrations que nous ont inculquées des personnes qui ne faisaient que répéter sans réfléchir ce que les systèmes leur avaient inoculé !

À nous d’être les initiateurs d’un nouveau mode de pensée qui place la jouissance de l’expérience au premier plan ! Ce mot vous choque ? Il est de la même famille étymologique que déguster.

À nous de déguster chacune de nos interactions avec les autres et avec la Vie !

À nous de distribuer un bel amour inconditionnel à tous les règnes qui nous entourent : humain, animal, végétal, minéral !

À nous de maintenir ce cap et nous retournons alors dans le jardin d’Eden pour y rester d’autant plus longtemps que nous appliquerons le point suivant.

7/ Rester présent à soi et à ce qui est

Revenons à la fin du premier point où je vous propose de faire un bilan en fin de journée sur le nombre de fois où vous n’êtes pas dans l’amour…

presenceEn fait, plus vous serez présent à vous à tout instant et plus vous développerez votre vigilance.

Alors vous serez immédiatement capable de percevoir ce qui émane de vous, ou plutôt, ce que votre mental — rappelez-vous le serpent tentateur qui pousse Ève vers le chaos — vous incite à faire.

Au fur et à mesure que vous renforcerez votre capacité de présence, le serpent/mental ne viendra plus vous appâter parce qu’il aura compris que c’est inutile.

Il restera docilement votre serviteur et vous pourrez alors profiter de tous les plaisirs que vous offre ce jardin d’Eden retrouvé.

 

Merci de m’avoir lu !
Olivier Masselot
Ensemble pour un monde meilleur

**********************

Retrouvez-moi sur mon blog : www.oliviermasselot.com

Youtube ► http://goo.gl/fqYlpe

Facebook ► https://www.facebook.com/olivier.masselot.auteur/

Twitter ► https://twitter.com/OlivierMasselot

Linkedin ► https://fr.linkedin.com/in/oliviermasselot

Instagram ► https://www.instagram.com/olivier.masselot/

Qu'est-ce que que vous inspire cet article?
Qu'allez-vous mettre en œuvre pour passer à la troisième phase?
Votre commentaire est bienvenu !

29 Comments

  • Abdelilah Laayoune

    Reply Reply 4 octobre 2016

    Merci Olivier

    • omasselot

      Reply Reply 6 octobre 2016

      Avec plaisir Abdelilah 😉

  • Dorian

    Reply Reply 27 septembre 2016

    Bonjour Olivier,
    Un grand bonheur de te lire aujourd’hui.
    J’aime ton côté critique de la Bible car elle contient beaucoup de vérités cachées entre les lignes. L’ancien Testament est une blague à mon sens mais bon, je ne l’ai pas lu en entier non plus !
    L’amour peut voir bcp d’obstacles dans notre vie. Mais toujours l’inviter et faire face à ce qui vient naturellement est une bonne attitude je pense.
    Au plaisir !!
    Dorian

    • omasselot

      Reply Reply 27 septembre 2016

      Merci Dorian, belle personne au service de l’humain ! 😉 Une lecture ‘féminine’ des textes originaux de la bible en fait quelque chose qui ressemble à Transurfing… C’est Pierre Trigano, grand erudit qui l’a complémentent revisitée qui me l’a dit 😉 Comme quoi… le masculin ne voit que guerres et c’est la version que nous en avons depuis des siècles… 😉

  • Claire van Gheluwe

    Reply Reply 26 septembre 2016

    Vraiment super chouette l’audio, merci et bravo Olivier !

    • omasselot

      Reply Reply 27 septembre 2016

      Merci Claire 😉 C’est près de 2 heures de travail pour le soigner, mais oui, ça vaut le coup, surtout pour cet article, j’en ressentais le besoin 😉

  • odette

    Reply Reply 26 septembre 2016

    Merci Olivier, de nous rappeler que ces points si simples et si complexes au même temps, peuvent vraiement changer nos vies , si nous voulons.
    Merci de nouveau pour m’aider a être …. un être humaine.

    • omasselot

      Reply Reply 27 septembre 2016

      Merci Odette 🙂

  • marilor

    Reply Reply 26 septembre 2016

    merci Olivier pour ce très beau texte; j’y retrouve les 5 règles de vie du Reiki: accepter ce qui est (= « ne pas se mettre en colère »), faire confiance (= « ne pas se faire de souci »), être dans la gratitude, rester vigilant vis-à-vis de soi-mm (= « travailler dur »), aimer de façon inconditionnelle. Se rappeler notre nature divine et la manifester dans notre quotidien incarné; bon, j’y vais, j’ai un serpent à continuer à apprivoiser 😉

    • omasselot

      Reply Reply 27 septembre 2016

      Merci Marilor 😉 Cependant, je suis réservé par rapport au « travailler dur », qui pourrait être aussi le message que les systèmes envoient pour mieux conditionner l’être humain… Je préfère nettement rester vigilant 😉 et attention aux formules négatives ‘ne pas’… le cerveau comprend exactement le contraire! 😉

      • marilor

        Reply Reply 27 septembre 2016

        c’est tout à fait vrai; j’ai mois de préciser que les phrases entre guillemet et entre parenthèse sont la forme la + fréquente de la traduction des règles de vie, et dans le texte c’est la version que je me suis appropriée 🙂

        • marilor

          Reply Reply 27 septembre 2016

          * omis et non mois

  • Sonia

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Oui, un Ange; ou tout au moins une BELLE personne, qqn de fondamentalement  » Bon « , qui a compris l’ Essentiel et qui déploie tous ses « possibles » pour Le partager ! Gratitude Olivier,
    Grâce à TOI et des personnes comme toi, qui se démènent pour impacter positivement qui est prêt, à recevoir ce cadeau, le changement que nous voulons voir ds ce monde ( paroles de Gandhi ) , arrivera .
    Aussi, j’ose espérer que nous serons de plus en plus nombreuses ! Inch ‘ ….MERCI INFINIMENT pour croiser ta route.
    à bientôt,
    Sonia

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      Merci Sonia 😉 tu vas me faire rougir ! 😉 Avec plaisir pour partager ce qui me vient ! dans ce cas, c’est vraiment venu de nulle part… je me devais de le partager 😉 😉

  • Marta

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Merci Olivier pour ce beau partage.

    Alors là, je commence ‘ici et maintenant’, par ma déclaration d’amour en miroir et par m’aimer sur ce nouveau chemin de conscience.
    Ensuite, par aimer d’avantage.
    Au plaisir de vivre pleinement mon bonheur !
    🙂
    Marta

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      Super ! Cultivez cette détermination et votre engagement à vivre ce bonheur ! 😉 Merci !

  • Jacqueline

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Bonjour Olivier,

    Un grand merci pour ce texte et pour cet audio… C’est magnifique ! Je l’ai déjà écouté 4 fois…
    Mon cheminement personnel actuel fait que j’adhère complètement à ce que vous nous dites.
    Enfin, je crois que j’en ai conscience. De là à dire que j’applique ces principes comme il faut, non.
    Me dire « je t’aime » ne m’est pas naturel en effet, cela me fait même bizarre… Le jugement…

    En tout cas, merci beaucoup !

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      Merci Jacqueline pour votre authenticité 😉 et je vous invite à vous dire « je t’aime », vous le méritez ! 😉

  • forcier

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Magnifique, merci du plus profond de mon être !
    Connaissez vous les travaux de Marie Balmary?
    Très belle recherche pour nous rendre clair et sensé le message des Ecritures.
    merci encore.

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      Merci Forcier, avec grand plaisir 😉 et j’irai voir ! 😉

  • Solange

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Bonjour Olivier,
    Votre article est très enrichissant. Et puis le lien que vous faites entre les 2 parties de la bible devrait inspirer nos ensilants religieux.
    En lisant au niveau du 6è point « …en cherchant à éviter les obstacles, nous ne faisons qu’augmenter nos souffrances!… » une question s’impose à mon esprit à savoir: comment ne pas chercher à éviter les obstacles? Lorsqu’on a une douleur, prendre un comprimé pour aller mieux signifie t-il fuir l’obstacle? Ou alors prenons le cas d’une femme qui se fait courtiser par 2 hommes. Elle entrevoit avec l’un une expérience positive et négative avec l’autre; Quelle serait alors le choix à faire pour ne pas « éviter les obstacles? »
    Je vous prie de me pardonner de mon commentaire mais j’ai remis tout le système en question (phase 2) et je dois établir mes propres repères.

    Merci de vos inspirations

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      Le comprimé ne fait que soigner la conséquence… Soigner la cause, c’est aller voir l’obstacle, descencde dans la caverne pour aller embrasser le dragon qui jusque là nous terrifiait… Merci !!!

  • rose

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Merci Olivier , je me suis fait un petit résumé que je vais garder dans mon sac et relire souvent , cela correspond à ce que je suis en train d’expérimenter dans ma vie , merci d’avoir mis des mots simples et de la logique , je pourrai ainsi avoir sous les yeux ce que je veux vraiment faire dans ma vie , et j’ai envie de le faire car chaque fois que je suis allée jusqu’au bout , tout a été plus facile

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      oui Rose, la détermination à avancer est primordiale pour faire bouger sa vie 😉 merci !

  • Jean-David Roth

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Les questions et réflexions qui me viennent après t’avoir lu :
    Confronté à la pyramide de Masselot, euh non, Maslow, 🙂 je comprends qu’un certain égoïsme puisse être de mise tant qu’on n’a pas satisfait ses besoins vitaux de base.
    Les autres peuvent alors être perçus comme des concurrents pour l’accès à ces ressources.
    (Encore que ce soit parfois le contraire : certaines tribus dans le besoin sont beaucoup plus dans le partage et la réciprocité que nous ne le sommes.)

    Pour les niveaux plus élevés de la pyramide, le partage coûte beaucoup moins cher, et il devient davantage possible de tenter de faire rimer liberté et égalité, et de tenter de les promouvoir. (Mais les mauvaises habitudes sont peut-être déjà prises de ne pas le faire ?)

    Ou bien ?

    « Même si bébé sait encore tout à fait d’où il vient »… là j’ai un peu de peine à être d’accord, et j’aimerais pouvoir y souscrire, ou non, selon la vérité de ce qui est, au final…

    Qui est l’autre ? un 7 milliardième du monde ? Qui suis-je ? La moitié du monde ? Pour moi c’est cette équation qui est difficile à résoudre pour la plupart d’entre nous. Le comprendre c’est peut-être aussi comprendre que construire un monde meilleur avec plus de partage ne va pas être facile.
    Mais le jeu en vaut la chandelle, c’est mon intuition.
    Et les cellules de notre corps semblent le comprendre intuitivement aussi, elles, qui concourent toutes à magnifier notre être et le rendre possible.

    Donc pourquoi ne pas suivre leur exemple aussi dans notre manière d’inventer de nouvelles manières de vivre en société ?

    Jean-David

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      le sourire de ma dernière fille alors qu’elle avait 5 jours et me regardait droit dans les yeux m’a apporté la conviction que l’âme me disait ‘je suis heureuse d’être là avec toi !’ et que bébé sait tout à fait d’où il vient… Vous êtes libre de penser le contraire… J’ai envie de vous proposer – en toute bienveillance – de laisser tomber ces questions qui ne font qu’activer le mental… C’est plus simple que tout ça… en tout cas, c’est mon point de vue 😉 Merci !

  • JeanBaptiste

    Reply Reply 25 septembre 2016

    Merci Olivier ! un TRES GRAND MERCI ! tu nous avais prévenu de la sortie de cette présentation de ton rêve en conférence ce vendredi 23 sept… encore une fois oui, MERCI, de pouvoir lire au réveil, du dimanche matin, juste avant de venir te rejoindre pour l’atelier… c’est ce que j’appelle, une « PEPITE » (d’Or)… Bien sûr que ces outils, je les connais et les pratiques au quotidien… Bien sur que je me rends compte du chemin parcouru et de celui encore à parcourir… le Cadeau que TU me fais là, est lié AU SENS, et aux liens de LOGIQUE, que tu induis, avec pertinence dans tes explications… cela donne une telle Clarté ! une telle évidence…. c’est pour ainsi dire, dans le sens du détail, et de la logique, que je m’enrichis une fois de plus grâce à toi ! Je vais faire en sorte, moi aussi, de poursuivre mes actions, pour aller dans ton sens du SENS que tu donnes à ce paradis, à ce CODE (clé de l’énigme) qui nous permet de pouvoir enfin, VIVRE ensemble dans un Monde Meilleur… MERCI. et.. à toute à l’heure ! 😉 JB

    • omasselot

      Reply Reply 25 septembre 2016

      Un grand merci JB, et aussi pour ces chouettes moments vécus dans l’atelir de Nice !!! 😉 Au plaisir de la suite !

  • Edith

    Reply Reply 23 septembre 2016

    Quel article décoiffant ! je n’ai jamais entendu parler de ces 3 phases et pourtant s’est tellement vrai ! et merci pour l’audio ! j’ai pu l’écouter en voiture et c’est un régal je le repasse souvent ! Olivier, vous etes un ange !

* Denotes Required Field