Les Articles pour Être Heureux dans la Vie

LES SIX ÉTAPES DU RETOUR À SOI

Nous vivons dans un monde de systèmes. Ces systèmes affirment qu’ils sont là pour notre bien, notre sécurité, notre tranquillité. Ils ne cessent de nous promettre le bonheur… qui pourtant s’éclipse de plus en plus.

Alors les systèmes créent de plus en plus de règles qu’ils nous enjoignent à connaître et à respecter ; de plus en plus de règles auxquelles nous devons nous soumettre puisque ‘c’est pour notre bien’…

Cela ne vous rappelle rien ? Ce ‘nous devons nous soumettre’ aurait-il quelque chose en rapport avec une forme d’amour… conditionnel ? Allons explorer un peu plus cet aspect du bonheur tel qu’il nous est proposé et réfléchir à ce qui pourrait nous reconnecter au bonheur… inconditionnel.

EXTÉRIEUR

regard-extDepuis que nous sommes nés, nous sommes invités à regarder à l’extérieur : « regarde cet oiseau, ceci est une voiture, voilà un bon biberon… » Nos parents nous éduquent et nous apprennent à parler, à mettre des étiquettes sur les objets, les situations, les êtres humains – je m’appelle Olivier, la nature — ceci est un arbre, les sentiments — amour, tristesse, et tout ce qui nous entoure en fait…

En portant notre regard vers cet extérieur, nous apprenons aussi que c’est de l’extérieur que vient notre satisfactionil faut manger pour grandir, il faut apprendre pour avoir du travail et pour avoir une famille, une maison, une voiture, tout le confort ménager et partir en vacances durant les 5 semaines annuelles où nous ne travaillons pas (directement) pour le système…

Les conversations portent sur l’extérieur – tel membre de la famille a des problèmes, tel gouvernement ne fait pas son travail, tel événement est encensé par les médias à sensation, tel terroriste a tout le confort en prison, sans parler du collègue qui vient de divorcer…

ENFERMEMENT

Ainsi la vie passe. Elle se déroule tant bien que mal, dans une sorte de routine au milieu de laquelle surgit l’imprévu, le drame, la surprise dans le meilleur des cas. Dans cette routine, nous suivons inconsciemment les règles et préceptes reçus depuis notre plus tendre enfance… et nous nous retrouvons enfermés comme disent les psychothérapeutes.

Enfermés dans un couple, une situation, un travail, un devoir familial ; enfermés dans des croyances de tout bord qui limitent notre capacité à vivre NOTRE vie telle que nous aimerions tant la vivre.

il-fautEnfermés par une multitude d’engagements que le système nous a fait prendre : le loyer et les crédits à payer, la scolarité des enfants, la nourriture et les courses, les abonnements aux nouvelles technologies, sans parler des vêtements qui se démodent tellement vite, et ces 5 semaines de vacances qu’on a envie de réussir à tout prix… le bonheur à tout prix

En fait, les systèmes — l’ensemble des systèmes — se sont bien débrouillés.

Celui de la famille a tout fait pour que vous respectiez ses valeurs, en accord avec les systèmes de la religion et de la culture de vos ascendants.

Les systèmes politiques ont tout fait pour attirer votre attention sur la guerre[1] qu’ils se livrent sans arrêt et vous inciter à voter pour les aider à conserver le pouvoir.

Ils ont pour cela utilisé les systèmes médiatiques, que des systèmes financiers avaient auparavant rachetés pour les mettre aussi au service des systèmes industriels, pétroliers, pharmaceutiques, agroalimentaires

En fait, tous ces systèmes se sont bien entendus ; ils se sont magnifiquement bien débrouillés… et tout cela pour notre bien ?

BONHEUR ?

« Bien sûr ! » répondrez-vous, « sans aucun doute, puisque ces systèmes - si nous respectons leurs règles - nous promettent le bonheur, à travers la sécurité, l’emploi, la santé, la technologie, le divertissement… »

De fait, notre monde nous apporte tout son lot de progrès dans tous les domaines. Tout devient plus performant, selon une courbe exponentielle qui pointe telle une verticale absolue… Nous faisons en 10 ans plus de progrès qu’en 2000 ans…

Donc tout va bien n’est-ce pas ? Quoi ? Non ? Vous n’êtes pas heureux de ce que tout ce système met en place pour vous ? Ne vous rendez-vous pas compte du privilège que vous avez, surtout si vous vous comparez aux autres, aux plus démunis ou à ceux qui vivent dans des pays où les progrès en matière de santé, d’équipement de base ou même de démocratie se font encore attendre ???

Effectivement, et c’est paradoxal, malgré toutes ces performances exponentielles, nous sommes loin d’être aussi heureux que des peuples qui n’ont pas le 10e de ce que nous possédons… Les systèmes se seraient-ils trompés ? Ou alors – mais peut-on l’envisager – nous auraient-ils dupés ?????

Certes, je provoque… J’appuie volontairement là où ça coince, je m’amuse et vous titille en dirigeant votre regard sur les parties les plus sombres du tableau. C’était ma thèse, voici l’antithèse…

RÉACTION !

En partant du principe – souvent incompris - que rien ne nous arrive par hasard, à quoi la situation que nous vivons actuellement dans le monde nous invite ? Quels sont l’enseignement ou la conclusion que nous devrions en tirer ? Plusieurs réponses possibles :

1/ Combattre. Prendre les armes ! Qu’elles soient verbales, médiatiques, qu’elles passent par le boycott, la politique ou encore la rue ! Pourquoi pas… Nous avons toutes les raisons d’être offensés ou indignés ; refusons désormais la dictature des systèmes en place !

Ce faisant, notre regard se porte sur ce qui dysfonctionne et nous pouvons nous attendre à dépenser beaucoup d’énergie ! Il va falloir vaincre, surmonter les obstacles et même si nous y arrivons, nous trouverons d’autres obstacles et de plus en plus de bonnes raisons de les combattre…

A priori, combattre n’est donc pas forcément la meilleure direction…

2/ Chacun pour soi. L’ego au pouvoir ! Les systèmes nous l’on dit : « Prenez garde, il faut se protéger ! »

Alors la peur du manque nous pousse à conquérir le plus possible de richesses pour mieux les sécuriser, les contrôler et les thésauriser au cas où…

C’est l’archétype masculin dans toute sa médiocrité… Notre regard se porte sur le risque de tout perdre et effectivement, nous verrons de plus en plus de situations où nous risquons la faillite, la famine ou la rue… Alors nous devrons encore et encore conquérir, amasser et sécuriser, encore plus… C’est imparable…

Nous sommes devenus des guerriers de la vie et nous aurons probablement bien des blessures à panser jusqu’à la fin de nos jours… Est-ce ce que nous souhaitons ?

3/ Ne rien faire – attendre que ça passe

C’est l’archétype féminin dépourvu de tout masculin… Avez-vous d’ailleurs remarqué à quel point la femme peut être passive à travers le monde, accepter sans broncher la dominance de l’homme ? Même si ça et là nous pouvons voir des évolutions, elle est toujours moins bien payée que l’homme et n’a pas sa place au sein des décideurs…

Alors à Dieu va… Il ne faut rien dire, subir, rester dans l’enfermement, soumis aux règles des systèmes parce que de toute façon, il n’y a rien à faire, c’est trop compliqué, la vie c’est comme ça et qu’on y peut rien

Une grande majorité d’entre nous est dans cette posture de demandeur. De fait, aucune revendication n’émerge parce que la résignation inhibe tout mouvement. Et pourquoi bouger puisque les systèmes encouragent cet immobilisme en continuant d’affirmer qu’ils ont en main les solutions de notre bonheur et qu’il y a juste à se conformer aux règles…

Tiens, je m’aperçois qu’alors que je croyais avoir démarré l’antithèse, je reste malgré moi dans l’analyse de ce qui est…

Essayons autre chose…

INTÉRIORITÉ

interioriteVoilà un mot inspirant… mais n’est-ce pas un peu similaire à de l’enfermement ? « Autonomie » avait apporté des pistes, mais pas les bonnes, semble-t-il… Que pourrait nous apporter « Intériorité » ?

À lui seul, ce mot est une invitation à sortir des conditionnements que nous avons reçus des systèmes… Il prend le contre-pied du premier paragraphe de cet article — extérieur — et de notre constante tendance à regarder et nommer ce qui est à l’extérieur de nous…

Certes, vous pourriez rétorquer que dans bien des familles soumises aux règles des systèmes religieux, nous sommes invités à la prière, ce qui est une forme d’intériorisation… Pour ma part, j’ai très longtemps cru que la prière était une succession de phrases apprises par cœur.

En fait, les systèmes religieux nous la font percevoir comme une supplique, une méditation dogmatique sous forme de diarrhée mentale et adressée à un dieu extérieur pris en otage depuis des siècles par toutes les religions, n’en déplaise à certain d’entre vous…

Alors, s’il ne s’agit pas de ‘prière’ telle qu’on nous l’apprend, quelle est la signification réelle de ce mot « intériorité » ?

RESSENTI PROFOND

Vous sentez-vous choqué si je vous dis que vous êtes le centre de votre univers ?

Si vous l’êtes, c’est probablement que vous suivez les règles du système culturel judéo-chrétien : « c’est égoïste, il faut penser aux autres, tu n’es pas tout seul, ce serait trop facile, tu sèmes l’anarchie, etc. »

Or, toute personne qui a réalisé à quel point tout se construit à partir et autour de ce qu’elle pense et de ses émotions vous le confirmera : nous avons un pouvoir énorme à travers notre intériorité : nous sommes le générateur – rarement conscient – de ce qui nous arrive dans notre réalité… Je m’explique :

L’addition de nos pensées (l’électrique) et de nos émotions (le magnétique) crée l’attraction (l’électromagnétisme). Et nous pouvons percevoir quel type de rayonnement électromagnétique nous émettons en nous connectant à notre intériorité, notre ressenti profond (l’écoute de la source).

Lorsque nos pensées sont en opposition avec nos émotions, l’attraction se fait tout de même, mais elle attire ce dont nous ne voulons pas. Et comme — pour la majorité d’entre nous — nous n’écoutons pas notre ressenti profond, nous vivons dans l’enfermement — conformément à ce que nous proposent les systèmes — mais ce n’est pas notre vie.

Alors, comment faire ?

LES SIX ÉTAPES DU RETOUR À SOI

retour-maisonJe ne cesserai jamais d’affirmer que nous devons adopter un regard critique sur toutes les propositions qui nous sont faites par tout système. Par critique, j’entends lucide sur tout ce qui constitue de l’information et de la désinformation. Comment faire ?

1/ Accepter ce qui est – Accepter aussi ce que vous ressentez et ce que vous vivez intérieurement. Cette première étape calme le dialogue intérieur et diminue les résistances de l’égo.

Pour aider à cette acceptation, dites-vous que tout ce qui arrive n’est qu’une conséquence. Pour prendre l’exemple du terrorisme, qui apeure beaucoup d’entre nous, c’est l’héritage de situations ingérables générées par les systèmes que nos anciens ont suivi aveuglément et qui ont provoqué, par les inégalités qu’ils ont créées, un terreau de personnes désespérées que d’autres systèmes ont récupérées pour en faire leurs martyrs...

Nous ne changerons pas le passé ! Nous ne pourrons résoudre totalement les problèmes qu’en changeant les causes qui ont créé ces problèmes — dans le cas du terrorisme ou de la violence : en redonnant leur dignité aux peuples et aux minorités qui souffrent depuis trop longtemps par la faute de systèmes dont nous faisons partie — malgré nous.

2/ Accepter que le hasard n’existe pas — Tous les sages vous le disent : le hasard n’existe pas ; c’est la vie (Dieu, la Source ?) qui nous envoie des situations pour nous faire évoluer et tirer des enseignements bénéfiques. Cette seconde étape vous permet de comprendre que vous et votre électromagnétisme êtes en interaction avec la vie.

3/ Nous connecter à notre intériorité et écouter ce que nous dit notre ressenti profond. Il y a là de précieuses informations. « Cette règle ou cette contrainte que l’on me propose est-elle en accord avec ma vision de la vie ? Cette situation que je subis est-elle à l’image de ce que je souhaite ?  » Écoutons notre ressenti et nous avons notre réponse ; Si nous ne l’écoutons pas, nous choisissons l’enfer et la souffrance.

4/ Décider et nous mettre en action — Décider de changer notre posture et nos comportements, nos habitudes. Décider de partir vers l’inconnu, car oui, revenir vers soi génère de l’inconnu. Ensuite, faire l’expérience et pour cela, déclencher le mouvement, nous mettre dans l’action. Sans cette volonté de sortir de notre zone de routine et de confort, nous choisissons à nouveau l’enfer et la souffrance

5/ Persévérer — La réalité ne réagit pas tout de suite à votre intention. Il y a comme une forme d’inertie, inversement proportionnelle à la puissance de votre électromagnétisme. Alors insistez parce qu’ainsi, vous ferez l’expérience, obtiendrez des résultats, lesquels viendront conforter votre inconscient que c’est la bonne voie et renforcera votre électromagnétisme… C’est une boucle qui fonctionne très bien, à condition de la mettre en mouvement et de persévérer.

6/ Répéter les cinq étapes précédentes — Il y aura de nouvelles situations, de nouvelles propositions de la part des systèmes qui vous entourent, des personnes ‘bien intentionnées’ qui vous viendront inconsciemment vous rabâcher ce que d’autres systèmes leur ont inculqué… Alors, restez vigilant, conservez cette lucidité et ce regard critique à tout instant… en d’autres mots, restez présent à la vie.

AUTONOMIE ET BONHEUR

temps-dêtre-heureuxEn fait, nous touchons maintenant au véritable bonheurinconditionnel… Au lieu d’être dépendant des éléments extérieurs, il s’ancre profondément en nous dès que nous nous tournons vers notre intériorité.

Et il n’y a rien d’égoïste là dedans.

À partir du moment où le désir le plus profond de votre âme s’exprime, à partir du moment où vous n’êtes plus à la recherche d’un bonheur extérieur, il y a tout à parier que vous devenez un générateur de sérénité pour votre entourage.

Mettons-nous en résonance pensée / émotion avec notre désir le plus profond et nous envoyons alors à votre monde un puissant électromagnétisme contenant les ingrédients essentiels pour déclencher les plus belles synchronicités…

Et c’est à ce moment-là que nous sommes réellement autonomes… peu importe ce qui se passe, nous restons alignées, au centre de nous-mêmes, au centre de notre univers…

« Soit le changement que tu veux pour le monde » - une phrase de Gandhi tellement vraie…

Devenez non pas seulement l’Auteur de votre réalité, mais aussi l’Acteur de votre réalité, nourri d’un bonheur inconditionnel, parce que vous aurez simplement connecté votre toute-puissance, celle qui se trouve bien blottie au plus profond de vous…

C’est tout ce que je vous souhaite en tout cas !

Merci de m’avoir lu !
Olivier Masselot
Ensemble pour un monde meilleur

[1] les politiques en guerre : écoutez les informations et vous entendrez les mots soldats, guerre, conquête, lutte et bien d’autres encore, sans parler des insultes et des phrases dévalorisantes, pour ne pas dire assassines

**********************

Retrouvez-moi sur mon blog : www.oliviermasselot.com

Youtube ► http://goo.gl/fqYlpe

Facebook ► https://www.facebook.com/olivier.masselot.auteur/

Twitter ► https://twitter.com/OlivierMasselot

Linkedin ► https://fr.linkedin.com/in/oliviermasselot

Instagram ► https://www.instagram.com/olivier.masselot/

Qu'est-ce que que vous inspire cet article?
Que se passerait-il selon vous si vous écoutiez votre ressenti profond?
Votre commentaire est bienvenu !

16 réponses à “Les six étapes d’un retour vers soi”

  1. Bonjour Olivier,
    Toujours un régal de lire et de relire Transurfing!
    Etre toujours en alerte!
    Etre toujours dans le temps présent!
    Nous sommes tous responsables!
    La vie est une aventure magnifique si nous la vivons en tant qu’êtres libres!

    Merci Olivier, vous m’avez beaucoup aidée dans mon évolution personnelle et ma quête d’indépendance et de liberté.

  2. Bonjour Olivier,
    Après « la vague » que j’ai écoutée et ré écoutée avec beaucoup de plaisir, je me réjouis Olivier de te lire ici. Tu me donnes souvent l’impression d’être dans un autre monde, un monde de pureté et, je t’envie. Il faut dire que je suis africaine, vivant en Afrique et voyageant, chaque mois au moins, à travers ce monde. Je n’ai aucun moyen de démentir tes constats. Ce qui me déroute c’est justement que notre « conditionnement actuel, nous empêche tant de réaliser que nous sommes dans un enfermement dangereux. Dangereux pour nous mais également pour notre descendance. En effet, le seul refuge reste ce que tu appelles si bien notre « intériorité », lieu sacré, notre maison. L’idée folle, voire inspirante qui me vient à l’esprit est de reformater les médecins car je crois qu’il reste le seul enseignant, le seul devin, gourou qui est cru, par chaque dirigeant. Reformatons les médecins pour qu’ils reformatent, à leur tour les dirigeants : seule façon de réorienter la direction que prend notre humanité.
    Oui, la violente dont je ne fais pas l »apologie, mais qui reste toutefois l »expression du manque d’amour, résulte des systèmes tordus, à objectifs de court terme, pour la minorité. Avez vous lu LE CODE NOIR (interrogez Internet, si besoin est)? Actuel mais abject. Que faire ? Se réfuger dans son intériorité ? Non, plutôt y puiser la force de continuer à vivre dans ce monde que nous avons créé temporairement, car malgré tout, la vie est belle et vaut la peine d’être vécue. La bonne nouvelle c’est que nous avons encore la possibilité de créer, ensemble et sans peur, un monde nouveau, différent et peut-être meilleur. Qu’il en soit ainsi ! Merci encore Olivier pour le bonheur matinal que me procure ta réflexion.

    • Merci beaucoup Yette pour ton partage 😉 Envie de prolonger ta réflexion en disant que nous pouvons aller puiser dans notre intériorité la force de construire – en parallèle de ce qui est – des systèmes qui vont dans le sens de la vie et du développement durable… Car ce ne sont pas que les médecins, mais les enseignants, les politiques, les actionnaires et beaucoup de monde en fait, qu’il faudrait ‘reformater’… Et quid du lavage de cerveau? où est la limite ? 😉 Soyons l’exemple du changement que nous voulons… construisons activement au lien de subir et de voir le laid… Tous ensemble vers un monde meilleur 😉 Merci !!!

  3. Bonjour! ( je precise que mon site web sera effectif tres bientot )
    J’en suis arrive a la meme conclusion.comme quoi il n’y a pas de hasard! …
    J’aime beaucoup la phrase de gandhi: soit le changement que tu veux pour le monde !
    Pour ma part j’aimerais proposer une meditation/prière active collective que je pratique tous les soirs depuis trés longtemps.Cette meditation sera trés bientot disponible sur le site http://www.hervelebio.fr .j’aimerais ajouter ceci: chaque jour nous voyons la souffrance du monde par les informations.Cette souffrance amene en nous a travers l’empathie , la compassion cette verité dont nous ne sommes pas toujours conscient: Nous portons tous en nous UN AMOUR PROFOND ET INCONDITIONNEL pour ce monde. Cet amour , nous nous devons de le transmettre et d’apporter notre contribution a l’EVOLUTION DU MONDE. C’esr ce que j’aimerais transmettre par cette meditation/prière active que je propose.
    Voila.A vous tous qui me lisez je vous souhaite le meilleur!…Bonne journée!

  4. bonsoir OLIVIER….Et merci pour ce texte dont je partage totalement le contenu!!!juste un petit mot pour confirmer qu’ il est important de s’écouter et de suivre son inspiration!!! à 68 ans je mets en ligne un produit qui est l’aboutissement de 18 MOIS de maturation…ET DE CHANGEMENT PERSONNEL, avec l’ hypnose, une alimentation à dominante crue (et bio si possible!!) cela m’ a permis de perdre 16 kg..ET de revivre!! cela m’ invite à partager avec les femmes qui ont vécu le surpoids comme un fatalité et une incapacité à se gérer!!!!

    POUR REVENIR à la question: c’est en écoutant mon ressenti ,en travaillant sur moi que j’ ai abouti au mieux-être , ET à l’ ENVIE DE LE PARTAGER!!

    merci de m’avoir lue /de me donner éventuellement quelque idée pour ce partage (même si je dois en premier voir cela avec les formations /formateurs qui m’ont soutenue dans ce projet libèrateur…

    • Merci Marie 😉 il y a tellement de poste que je ne saurais pas laquelle commencer… facebook serait la première… les réseaux sociaux en fait… bonne continuation !

  5. Bonjour,

    Merci beaucoup! Je sens que la connaissance des chemins d’esprit se multiplie à travers de différentes sources et j’en suis ravie, j’apprends toujours … Puis-je diffuser cet article par FB?

  6. Oui, je suis d’accords avec tout ce conditionnement qui mène à la souffrance et la bêtise. L’inconscience de tous ces gens qui passent leurs temps a se regarder le nombril, à pester contre tout du plus proche ou plus éloigné et qui ne se rendent pas compte un seul instant qu’ils sont directement impliquer dans tout ce qui se passe dans le monde, dans leur vie et dans la vie qui les entourent.
    C’est pas facile de devenir responsable, de regarder les choses en face, ne serait ce qu’envers soi même. Le chemin est ardu mais il faut le prendre. Tout seul c’est difficile, ça fait donc du bien de savoir qu’on ne l’est pas. Et que plusieurs forces s’additionnent pour cela. Moi j’ai pas beaucoup de prétention, je suis pas quelqu’un d’extraordinaire mais je continuerai sur ce chemin, je me tromperai, je m’égarerai mais je me raviserai et je continuerai….

  7. bonjour Olivier,
    quelle belle lecture en ce matin 11 septembre….. où la folie des hommes a fait pleurer les cœurs – Epictéte disait « tu ne peux changer que ce qui dépend de toi : tes paroles, tes actes, et tes pensées  » c »est le terreau du retour à la maison car c’est déjà jardiner son « intérieur »
    merci, c’est toujours du bonheur que de te lire, j’y trouve toujours le don, la simplicité et l’humilité
    bien à toi et au plaisir de te revoir
    Fée Clochette

    • Un grand merci Fée Clochette ! 😉 Je devais venir du côté de Nantes en octobre, mais bebooda a préféré Caen… tant pis ! et pleine de belles choses à toi !;-)

  8. bonjour
    très inspirant cet article. et oui il y a toujours des gens pour vous faire douter…je cherche à me reconvertir pour être (enfin) en accord avec MES aspirations profondes. et qu’entend-je ? trop vieille (!) tu n’as pas de réseau, pas assez de ceci, pas assez de celà… Tous ceux qui n’ont pas le courage de sortir de leur schéma essaient de me dissuader. Et pourtant je SENS bien que c’est ma voie. Et je vais persister. Ne leur en déplaise ! Le poids des habitudes et des systèmes n’est pas facile à secouer. C’est pourtant une question de « vie ou de mort », renoncer c’est s’éteindre spirituellement et renier son âme pour un « confort » tout relatif dans des ensembles que nous n’avons pas choisi et qui nous aliènent de plus d’une façon.
    Entrons en résistance pour créer un monde meilleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *